Accueil > Notre vision > La reconstruction de la citoyenneté : Le citoyen au coeur du projet politique d’Afek Tounes > Pour un développement durable

Pour un développement durable

Enjeux :

L’engagement de notre pays sur la voie du développement durable reste à faire, bien que des programmes des mises à niveau et des études stratégiques aient été menés durant les dernières années.

Malgré la multitude d’organismes et d’institutions de l’Etat impliquées dans la gestion des ressources et de l’énergie, et dans la maitrise environnementale, plusieurs réformes administratives, réglementaires et normatives restent nécessaires.

La forte augmentation de la consommation et l’épuisement progressif des énergies fossiles font augmenter la dépendance énergétique de notre pays. D’autre part, les problèmes de la pollution qui s’étendent à plusieurs régions du pays, l’inefficacité du système de gestion des déchets actuel et l’exploitation désorganisée des ressources naturelles montrent que beaucoup reste à faire au niveau environnemental pour améliorer la qualité de vie des tunisiennes et tunisiens.

La vision d’Afek Tounes :

Afek Tounes inscrit son projet pour la Tunisie dans une démarche globale ancrée dans ses valeurs de responsabilité, de solidarité et d’égalité, et animée par une volonté forte d’action publique garante de l’intérêt des générations actuelles et à venir.

Nous considérons le développement durable comme étant un mode de développement qui répond aux besoins du présent, sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs.

Nous voulons agir pour une meilleure qualité de vie, du plus grand nombre de citoyens, et pour une « économie verte » grâce à la promotion de modes de production et consommation plus durables.

L’indépendance énergétique de la Tunisie reste, pour nous, un objectif principal en matière de politique énergétique. La réalisation de cet objectif passera, nécessairement, par une meilleure exploration des capacités du pays en termes d’énergie fossile en minimisant l’impact environnemental, l’augmentation des parts de contribution des énergies renouvelables et la mise en place d’un programme ambitieux d’économie énergétique.

10 programmes clés :

91. Augmenter la part des énergies renouvelables grâce à un montage de mécanismes de financement dédiés à l’efficacité énergétique et à la mise en place d’un plan ambitieux d’exportation des énergies solaire et éolienne.

92.Réformer le secteur de gestion des déchets avec l’ancrage d’une politique de réduction des déchets, le renforcement des processus de collecte, de transport, de recyclage, de traitement et d’élimination de ces déchets, et la création de nouvelles décharges contrôlées, notamment, au niveau du grand Tunis. Intégrer la possibilité de création d’énergie dans le cadre des traitements des déchets.

93.Encourager les entreprises industrielles et de services à adopter le concept de Responsabilité Sociale et Environnementale et à mettre en place des systèmes de management environnementaux et énergétiques conformes aux standards internationaux.

94.Faire de l’Eco-Technologies et l’Eco-Services un moteur de croissance et de développement et proposer des incitations fiscales et financières aux entreprises innovatrices en matière d’environnement et de rationalisation de la consommation énergétique.

95.Mettre en place une nouvelle forme de gouvernance de l’état de sorte que l’impactenvironnemental soit considéré lors de la prise de décisions et qu’une transparence totale soit instaurée pour l’information du grand public sur les thématiques et les enjeux environnementaux.

96.Maintenir et développer la biodiversité, notamment, en renforçant le statut de «zone de protection spéciale», pour les grands massifs forestiers, et en lançant un large programme de reforestation.

97.Créer plus de zones vertes, de forêts récréatives et d’espaces naturels dans les villes et autour des centres urbains.

98.Protéger les ressources hydriques et l’état écologique de l’ensemble des masses d’eau, tant les eaux de surface que souterraines. L’eau est une ressource devenant de plus en plus rare dans notre pays. Sa gestion doit être optimisée notamment dans

99.Promouvoir l’agriculture biologique et les pratiques agricoles les plus durables l’agriculture qui consomme 80% des ressources en eau disponibles aujourd’hui. en favorisant notamment les démarches de certification environnementale des exploitations et produits agricoles.

100. Développer l’information et l’étiquetage approprié des produits et insister à la labellisation et à la certification environnementale et écologique des produits et services.